Ounis Guergah, fausse moderation ?

Ounis GuergahD’origine algérienne, parlant couramment l’arabe et le français, Ounis Guergah se fond dans le paysage, fort fourni, des imams, prédicateurs et savants musulmans en France.  La philosophie étudiée sur les bancs de la Sorbonne, la charia étudiée à l’université de Médine en Arabie Saoudite et l’étude de la religion avec le frère musulman Abou Bachar lui ont ouvert les portes pour une carrière en France tant dans l’éducation de futurs imams à l’IESH que dans les couloirs prisés de la théologie musulmane. Avec des participations fort remarquées au sein de l’UISM (Union internationale des savants musulmans), du Dar Al-Fatwa en France (Conseil Européen de la Fatwa et de la Recherche, pôle français), ou encore dans le CEES, Centre Européen de l’Echange Scientifique.

Les conférences qu’il prononce dans les mosquées ou les centres culturels musulmans reflètent ses opinions, celles de Hassan el Banna, fondateur des frères musulmans, dont l’objectif final est un Etat Islamique. Pour cela, la devise « Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage » est plus qu’appropriée et Ounis agit prudemment, lentement et sous couverture.  Mais ne soyons pas dupe. Ses discours en arabe ont un ton nettement plus tranché que ses interventions (nombreuses) en français où il prend position sur des sujets de vie quotidienne.

Avec les années cependant, sa fidélité à son père spirituel, Hassan el-Banna prend multiples apparences. Essentiellement via son affiliation à l’UOIF qui croit avec les années.

Après des interventions dans les rassemblements de l’UOIF (rassemblement annuel des musulmans de France), il reçoit le poste de Responsable de la fatwa qui lui permet de légiférer dans le ‘bon’ sens et plus récemment, il participe avec d’autres frères musulmans, à la création du CMTF, Conseil Théologique Musulman de France qui édicte des fatwa aux musulmans de France, tentant d’étendre ‘la bonne parole’ politique au travers d’une couverture religieuse.

Comment savoir quelle est son implication dans des actes violents perpétrés par des musulmans en France ? Comment les fatwa qu’il a prononcé ont-elles influencés ces hommes aux actes répréhensibles ? Combien de frères musulmans voulant un État Islamique en France a-t-il formé ?

Ces zones de brouillard dans la vie publique d’influence d’Ounis Guergah sont très certainement regrettables.

Advertisements

Ounis Guergah, fausse moderation ?

Ounis Guergah photoD’origine algérienne, parlant couramment l’arabe et le français, Ounis Guergah se fond dans le paysage, fort fourni, des imams, prédicateurs et savants musulmans en France.  La philosophie étudiée sur les bancs de la Sorbonne, la charia étudiée à l’université de Médine en Arabie Saoudite et l’étude de la religion avec le frère musulman Abou Bachar lui ont ouvert les portes pour une carrière en France tant dans l’éducation de futurs imams à l’IESH que dans les couloirs prisés de la théologie musulmane. Avec des participations fort remarquées au sein de l’UISM (Union internationale des savants musulmans), du Dar Al-Fatwa en France (Conseil Européen de la Fatwa et de la Recherche, pôle français), ou encore dans le CEES, Centre Européen de l’Echange Scientifique.

Les conférences qu’il prononce dans les mosquées ou les centres culturels musulmans reflètent ses opinions, celles de Hassan el Banna, fondateur des frères musulmans, dont l’objectif final est un Etat Islamique. Pour cela, la devise « Patience et longueur de temps font plus que force ni que rage » est plus qu’appropriée et Ounis agit prudemment, lentement et sous couverture.  Mais ne soyons pas dupe. Ses discours en arabe ont un ton nettement plus tranché que ses interventions (nombreuses) en français où il prend position sur des sujets de vie quotidienne.

Avec les années cependant, sa fidélité à son père spirituel, Hassan el-Banna prend multiples apparences. Essentiellement via son affiliation à l’UOIF qui croit avec les années.

Après des interventions dans les rassemblements de l’UOIF (rassemblement annuel des musulmans de France), il reçoit le poste de Responsable de la fatwa qui lui permet de légiférer dans le ‘bon’ sens et plus récemment, il participe avec d’autres frères musulmans, à la création du CMTF, Conseil Théologique Musulman de France qui édicte des fatwa aux musulmans de France, tentant d’étendre ‘la bonne parole’ politique au travers d’une couverture religieuse.

Comment savoir quelle est son implication dans des actes violents perpétrés par des musulmans en France ? Comment les fatwa qu’il a prononcé ont-elles influencés ces hommes aux actes répréhensibles ? Combien de frères musulmans voulant un État Islamique en France a-t-il formé ?

Ces zones de brouillard dans la vie publique d’influence d’Ounis Guergah sont très certainement regrettables.